Candor

Pam BACHORZ
Valérie DAYRE (Traducteur)
Candor
Thierry Magnier Romans Jeunesse

Oscar Banks vit dans la cité idéale, imaginée et construite par son père.
Ici tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme. Afin de maintenir la ville sous
contrôle, son père émet des messages subliminaux qui rythment la vie des
heureux habitants. Oscar lui, lutte :il enregistre des contre-messages pour
garder son libre-arbitre, il les vend aussi aux rebelles qui veulent s’échapper
de Candor.





KA-TCHUNK, KA-TCHUNK, KA-TCHUNK.

Le son arrive par la fenêtre de ma chambre. Il perturbe ma concentration. Non qu’il soit fort, mais il est impossible de l’ignorer. Ce n’est pas un bruit d’ici. Ka-tchunk, ka-tchunk, ka-tchunk.
Candor est la même chaque soir. On y entend le chuintement de l’arrosage automatique. Le cri perçant des grenouilles des marais. Le bourdonnement de la camionnette anti-moustiques qui fait le tour de chaque pâté de maisons. Ce bruit-là ne fait pas partie du programme.
Ka-tchunk, ka-tchunk, ka-tchunk.
Il devient plus fort à présent. Je recule ma chaise à roulettes de mon bureau et me lève. J’ai le temps d’une brève expédition dehors. Mon travail scolaire peut attendre cinq minutes. Ou plus, s’il s’agit d’un truc intéressant. Mais l’un des Messages de P’pa jaillit dans mon cerveau.
Les études sont la clé du succès. Ça m’immobilise net, mes pieds pèsent une tonne. Je n’irai nulle part.

J’ai des devoirs à terminer. Les Messages se tiennent tranquilles tant que vous ne cherchez pas à faire quelque chose d’inhabituel. Dans le cas contraire, votre cerveau connaît la riposte : un Message
surgit dans votre tête. Étouffe tout le reste. Plus de désir. Plus de peur. On n’a même plus faim. Je me rassieds et ouvre mon manuel de biologie. Un autre Message s’impose. L’étude est la priorité des
priorités.
– J’ai entendu, dis-je à voix haute, comme si mon cerveau était une personne distincte. Tu peux la fermer maintenant.
À part moi, les gens ne remarquent rien quand un Message envahit leur esprit. Moi j’ai vécu ici plus longtemps que n’importe qui. Et j’ai trouvé des parades. Je sais quand mon cerveau m’abreuve de Messages. Je sais comment les combattre.

Pam Bachorz a grandi dans une petite ville des Adirondack. Elle a suivi des études de journalisme, d’environnement, de bibliothécaire à Boston. Elle s’inspire pour écrire, d’endroits qu’elle connaît bien. Elle a ainsi écrit Candor, lorsqu’elle vivait en Floride dans une cité sécurisée.