La voix de la meute Tome 3 - Les origines

La voix de la meute Tome 3 - Les origines

agrandir l'image
Gaia GUASTI
La voix de la meute Tome 3 - Les origines
Thierry Magnier Romans Jeunesse

Deux années ont passé depuis la première transformation de Mila, Ludo et Tristan. Après l’inquiétude générée par leur nouvel état, l’ivresse de la découverte et des nouvelles sensations, la révélation de la puissance qui les envahit, les trois adolescents ont suivi des chemins différents. Le temps passe, il leur faudra sans doute très bientôt choisir les prochaines victimes de la malédiction, sinon ils plongeront à jamais dans la bestialité.
Mila et Tristan ne s’y résolvent pas et continuent leurs recherches historiques. Sous la Résurgence, dans les grottes souterraines creusées par l’eau, des peintures rupestres attestent de l’ancienneté de la malédiction. Et si la solution se trouvait là ? Pour nos trois héros, le passage à l’âge adulte se profile et ils devront choisir leur voie.





Dans la douceur inhabituelle qui berçait le Serre de Âmes, une nuée de mouches bourdonnait au-dessus d’une crevasse.
Au coeur des broussailles, frappée par un rayon de soleil, luisait une pupille ouverte, figée.
Le sang avait séché autour de la bête, imbibant sa cachette d’une auréole écarlate. Dans l’air immobile, les relents de viande corrompue remontaient les flancs de la ravine.
C’était l’odeur qui avait attiré Tristan jusque là.
En haut de l’escarpement, le jeune homme fixait la carcasse d’un air inquiet.
Il se laissa glisser dans la crevasse.
En écartant les fougères, il découvrit le corps d’un sanglier.
Longuement, il détailla l’animal. Son pelage dru, englué de matières corporelles, s’érigeait comme une armure brisée autour des viscères, frémissantes d’insectes.
Tristan pouvait aisément deviner ce qui avait dû se passer.
Blessé par un chasseur, le sanglier avait réussi à s’enfuir, pour se réfugier dans cette partie de forêt désormais interdite au public. À la lisière de la zone protégée, les hommes avaient dû arrêter la traque, retenir les chiens. Peut-être que l’un d’entre eux avait proposé d’enfreindre la loi. D’autres avaient tergiversé, mesurant le pour et le contre. À quoi bon courir un tel risque, pour un seul sanglier ? Il y en avait tant dans la vallée.
Tristan les imaginait crachant leur dépit sur les panneaux d’interdiction qui avaient été affichés sur les sentiers, puis rebrousser chemin, fusil à la main, la tête rentrée dans les épaules.
Il savait que depuis plusieurs mois, quelque chose était en train de changer sur le Serre. Comme un secret dans l’air, qui collait à la végétation. D’abord, il y avait eu ces arrêtés municipaux inexpliqués qui interdisaient toute circulation sur un versant de la montagne. On avait vu des véhicules grimper vers le col, chargés de matériel. Puis, de nouvelles têtes étaient apparues parmi les habitants du village.

Gaia Guasti est née à Florence - en Italie - en 1974, elle débarque à Paris à 18 ans, avec deux valises, un chat et trois mots de français en poche. En 1996, elle passe le concours national de la Femis (Ecole supérieur des métiers de l’image et du son), département scénario. Depuis, elle n’a pas quitté la région parisienne, où elle travaille comme scénariste pour le cinéma. En parallèle, elle n’a jamais cessé d’écrire des récits de toute sorte, courts, longs, pour grands ou petits, en italien et en français. Elle a deux filles, mais plus de chat.



titretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitre