La gelée d'été



agrandir l'image
MATHIS
La gelée d'été
Thierry Magnier Romans Jeunesse

Pierre et Jean passent leurs vacances d’été scotchés devant la télé, et ça leur va bien. Hélas ! celle-ci rend l’âme et les fonds manquent pour la remplacer. Comment vivre sans télé ? Les deux enfants vont devoir sortir de la maison, rencontrer des voisins, cueillir des mûres.
Ce texte à l’humour léger, tendre et acide à la fois, met en scène une bande de copains à la campagne qui découvrent les joies simples de la cueillette et de la préparation de gelée.





C’est l’été et cette année encore, on ne part pas en vacances. Mais Pierre et moi, on s’en fiche. On est bien chez nous. Le matin, on joue à nos jeux vidéos jusqu’à midi. L’après-midi on regarde un ou deux films, puis on joue encore jusqu’au soir. Jusqu’à ce que papa et maman veuillent regarder la télé à leur tour. On ne voudrait pas d’autres vacances que celles-là.
Mais un matin, mon frère appuie plusieurs fois sur le bouton marche de la télécommande et l’écran de la télé reste noir, sans vie. Je me lève du canapé et appuie directement sur l’interrupteur de la télé. Soudain, une fumée blanche en sort et une odeur de brûlé m’agresse aussitôt les narines. De peur, je recule d’un pas.
— Jean ! hurle Pierre. Purée, qu’est-ce que t’as fait ?
— Mais rien ! je dis.
Les plombs sautent, le plafonnier s’éteint et maman rapplique de la cuisine.
— Vous faites quoi, les enfants ?
On n’a pas le temps de répondre. Maman, voyant la fumée, dit deux fois merde ! et se dépêche de débrancher la télé, d’ouvrir la fenêtre et de poser la télé sur le rebord de la fenêtre.
— C’est Jean ! dit Pierre.
— Mais j’ai juste appuyé sur le bouton de la télé pour l’allumer ! je dis.
Impuissants, on regarde la fumée sortir de notre meilleure amie.

Né d'un père alsacien et d'une mère basque, Jean-Marc Mathis ne parle ni le basque ni l'alsacien. Fils de maçon, il a traîné sur des chantiers avec son père et fait une formation de dessinateur en bâtiment. À priori, il était fait pour travailler dans le bâtiment, mais le goût du dessin et l'envie de raconter des histoires furent les plus forts. Son enfance est sa principale source d'inspiration. Jean-Marc Mathis a étudié à l'École de l'image d'Épinal et fait les Beaux Arts de Nancy. Il est titulaire du DNSEP. Il a exposé à Épinal, Nancy, Frouard, Lunéville, Paris, Genève et Liège. Il travaille comme illustrateur et auteur de bandes-dessinées pour diverses revues et journaux, et se consacre davantage aux livres jeunesse depuis l'année 2002.



titretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitre