Coup de foudre à Pékin

Chloé CATTELAIN
Coup de foudre à Pékin
Thierry Magnier Romans Jeunesse

Clémence suit sa mère qui a accepté un poste en Chine. Pas facile de laisser derrière elle son frère chéri et sa meilleure amie, mais rien de tout ça ne viendra gâcher son enthousiasme. Sa mère l’a inscrite dans l’internat d’un lycée chinois prestigieux. La majorité des cours sont en anglais et elle retrouve là des enfants d’expatriés. Dans ce lycée chinois, Clémence perd ses repères : les citations (mantras exaltant les valeurs travail et discipline), la rigueur de l’internat (étude obligatoire dès 7h15 le matin et jusque 21 heures le soir), les exercices de rassemblement et gymnastique collective quasi-militaire en guise de récré, inspection des chambres par la « professeur de vie » chaque matin à 6h30... Un mot d’ordre : ne pas faire désordre et, surtout, rester à sa place. Heureusement, il y a aussi Li Mei, une ado au francparler qui a un regard beaucoup plus critique sur ce monde. Clémence remarque bientôt Yonggui, un étudiant d’une faculté prestigieuse. Une histoired’amour s’esquisse, mais il subit une pression écrasante. Yonggui vient de la campagne et sa famille a consenti d’énormes sacrifices pour lui permettre de se hisser à ce niveau d’études. Clémence va devoir revoir ses réactions égocentriques d’adolescente amoureuse pour plonger, à pieds joints, dans une réalité chinoise parfaitement exotique.

 

Un roman d’amour somme tout classique mais sur fond de réalité chinoise que le public français ignore très largement.



Le bac en poche, Chloé Cattelain réalise enfin son rêve d’enfant : partir étudier le mandarin en Chine. Pour financer ses études, elle tourne à Shanghai dans des publicités pour la lessive à la lavande, les pneus neige, les perceuses multifonction et les yaourts allégés. Lasse de cette course effrénée au capitalisme sauvage, elle quitte la grande ville pour sillonner la campagne profonde, rencontrer ses habitants et gravir les cinq montagnes sacrées. C’est au sommet du Mont Hengshan qu’elle compose ses plus belles odes à la nature, déclamées de village en village. Au faîte du Mont Song, elle décide de se consacrer à la littérature jeunesse. Rentrée en France, elle prend la plume pour partager son amour de la Chine et des Chinois.



titretitretitretitretitretitretitretitre