Et que la nuit glisse sur le bleu de ta jupe

Et que la nuit glisse sur le bleu de ta jupe

Chantal PORTILLO
Hally PANCER (Photographe)
Et que la nuit glisse sur le bleu de ta jupe
Thierry Magnier Photoroman
On ne sait rien de Bleuet à Lenbourg, sinon qu’elle vient de loin. Elle est arrivée un beau matin avec sa poule, Marylin. Bleuet est muette. Elle sème comme des petits cailloux des photos sur son chemin.
C’est au crépuscule que Bleuet s’éveille. Elle enfile sa jupe en cuir et ses hauts talons, et arpente les rues du village. Chaque fois elle revient avec un homme et monte dans chambre. Le rêve de Mathias dans la cité voisine, du haut de ses dix-sept ans, c’est de monter un jour avec elle. Chacun sait que Bleuet fait « ça » debout, sous l’œil de sa poule.

Bleuet et Marylin. Une poule et une poule à plumes. C’est ce qu’a pensé Tim en les apercevant pour la première fois. Tim n’est que de passage au village… Un petit séjour au vert pour se retaper. La jalousie lui tort le ventre chaque fois qu’il voit monter Bleuet avec un « bouseux ».
Un jour, il monte avec elle. Et Bleuet se couche, pour la première fois. Tout Lenbourg est au courant. Sans le vouloir Tim va mettre le feu au village…

Photos sans visages. Paysages ruraux et petits bourgs déserts photographiés entre chien et loup. Un univers à la Edward Hopper, où les lumières au néons contrastent brutalement avec les ténèbres environnantes, où les pièces éclairées s’opposent aux extérieurs sombres.