I invade you

I invade you

agrandir l'image
Nils BARRELLON
Sarah TUROCHE DROMERY
I invade you
Thierry Magnier Romans Jeunesse

Paris, 3h du matin, les rues sont désertes. Une vieille R19 arrive. Orbi conduit. Invader, lui, se prépare. Leur duo est rodé et les invasions se multiplient. Plus de mille monstres pixellisés recouvrent les murs de la capitale. Invader ajuste son masque, son coeur bat fort mais, avec le temps, il a appris à ne plus ocnfondre vitesse et précipitation.
Dès le lendemain, les «chasseurs» de Spaces partiront à la recherche des mosaïques fraîchement posées. Esther, 16 ans, fait partie de ces fans. Ce qu’elle ignore c’est que le corps d’une jeune femme vient d’être retrouvé au pied d’une de ces mosaïques. Quel danger plane sur les admirateurs de l’artiste ?


Une plongée dans le Paris du street art, un roman policier qui invite à regarder la ville autrement.





Mercredi 4 novembre
Esther court dans le labyrinthe des couloirs du métro République, zigzagant
entre les voyageurs pressés. Grégoire lui a envoyé un SMS il y a quelques
minutes et elle a immédiatement laissé en plan son devoir d’histoire sur les
nouvelles conflictualités depuis la fin de la guerre froide pour le retrouver. Sur
le quai de la ligne 8, elle relit son message « SUSHI, TU PEUX 16H METRO
CAMBRONNE ? J’AI TRUC URGENT À TE DIRE ».
Esther étudie rapidement le plan. Elle descendra à La Motte Piquet Grenelle et
finira à pied. Elle devrait être pile à l’heure. Mais qu’a donc Grégoire de si urgent
à lui dire ? Et pourquoi à Cambronne ? C’est loin de leur QG. Depuis la rentrée,
après un été passé à flâner dans les jardins publics et sur les quais de Seine,
ils ont pris l’habitude de se retrouver chaque mercredi en fin de journée dans
un petit café de la rue Oberkampf. C’est là, dans le fond de la salle déserte avant
l’arrivée des dîneurs, sur une banquette de skaï rouge, qu’ils s’embrassent à en
perdre le souffle avant de se raconter les deux premiers jours de la semaine où
ils ont été séparés car « cette année pas dans la même classe ». Et aussi parce
qu’au lycée, Grégoire préfère qu’ils ne se montrent pas trop ensemble.
Les stations défilent lentement. Esther s’impatiente. Elle compte les secondes
entre les signaux sonores, s’agace quand un retardataire bloque les portes,
redoute l’annonce qui préviendra d’une panne momentanée de secteur. Même
le baratin de Gérard-le-clochard ne parvient pas à la distraire. Enfin, elle sort.
Elle grimpe les marches quatre à quatre, remonte le boulevard de Grenelle sous
le métro aérien. Les détritus du marché jonchent encore le sol. Esther saute pardessus
les cageots éventrés, contourne les glaneurs venus remplir leur cabas
des fruits et légumes abandonnés. Elle est en sueur et soudain, de l’autre côté
du carrefour, elle aperçoit Grégoire. Il est grand, brun, ébouriffé. Il est beau.
C’est plus fort qu’elle, à chaque fois qu’elle le voit son coeur se met à battre plus
vite. Elle sourit, se jette à son cou, glisse ses mains sous son pull, sur sa peau,
cherche ses lèvres...

- Attends... Esther.
Grégoire la repousse, tout en emprisonnant ses mains dans les siennes qu’il
tient ainsi à distance. Il fait une drôle de tête et garde les yeux baissés.
- Esther... Il faut que je te dise...Voilà...
Grégoire la lâche et se passe une main dans les cheveux.
- Ne le prends pas mal mais je préfère qu’on arrête.
- Qu’on arrête quoi ? articule Esther en dépit de la boule qui s’est immédiatement
formée dans sa gorge.
- Nous deux.
- Pourquoi ?
- Je suis désolé. Je ne t’aime pas. Je ne t’ai jamais aimée.
- ...
- Je ne savais pas comment te le dire.
- …
- Je dois te laisser. J’ai rendez-vous chez l’orthodontiste dans 5 minutes.
C’est juste là.
- Mais... - Esther cherche en vain à endiguer la vague d’angoisse qui la submerge
- tu m’as écrit « sushi ».
Grégoire hausse les épaules.
- Peut-être. Ce ne sont que des mots.
Il se dandine un instant, jette un coup d’oeil à sa montre.
- Allez, je file. Merci d’être venue jusqu’ici. Je ne voulais ni attendre plus
longtemps ni que ça dure des heures. On se verra au lycée !

Sarah Turoche est auteur de littérature jeunesse depuis quelques années, monteuse pour le cinéma, elle écrit des histoires courtes entre deux projets.





titretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitre