Et j'irai loin, bien loin

Et j'irai loin, bien loin

agrandir l'image
Christophe LEON
Et j'irai loin, bien loin
Thierry Magnier Romans Jeunesse

La même rengaine depuis des années : plein été, Ernest et ses parents débarquent de Paris pour passer quelques semaines de vacances dans la maison familiale, dans le nord de la France. Mais cette fois, le scénario bien huilé déraille. Dans sa chambre, Ernest découvre Arezu et son père. L’homme est malade, très affaibli. Sa fille a dû interrompre la longue fuite qui les menait de Kaboul à Calais, et cette maison vide devait leur permettre de s’abriter le temps de reprendre des forces. Jusque-là, pour Ernest et ses parents, les migrants faisaient partie des sujets évoqués aux infos, des histoires lointaines, souvent émouvantes, parfois menaçantes, comme venues d’une autre planète. Pourtant, spontanément, les parents d’Ernest s’activent : vêtements propres, nourriture, soins médicaux. Ernest, lui, est captivé par les yeux verts d’Arezu, par ce sourire éclatant qu’il se surprend à guetter. Pourtant, il le sait, ils vont partir. Et pour cela, ils vont avoir besoin d’aide.

 

Christophe Léon s’empare avec force d’un sujet d’actualité. Une histoire de solidarité à taille humaine.



Né en 1959, après des études aux Beaux-arts et différents métiers dont joueur professionnel de tennis et appareilleur en orthopédie, Christophe Léon a passé de nombreuses années à douter, de lui mais aussi de la société. Un temps engagé dans le monde de l’entreprise, il s’est décidé à vivre pauvrement dans le luxe : l’écriture. Pour adultes, pour la jeunesse et surtout pour les idôles qu’il défend au quotidien et qui font de lui, même s’il s’en défend, un auteur engagé.



titretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitre